Accueil > Membres du laboratoire > Doctorants > Colina, Marcos

Marcos Colina

Doctorant, Architecte

- Doctorante en Architecture, Urbanisme et Environnement : « Démarches d’économie circulaire pour la conception d’espaces publics, dans des quartiers autoconstruits à Caracas, au Vénézuela. Des situations d’apprentissage pour les architectes et les habitants. » , sous la direction de Jodelle Zetlaoui-Léger (LET-LAVUE, ENSAPLV), Bendicht Weber (LET, ENSAPLV), et Florinda Amaya (FAU UCV), UMR CNRS LAVUE 7218, ED Abbé Grégoire, CNAM, Hautes études Sorbonne arts et métiers (HESAM Université).

- Post-master Recherches en Architecture, immersion LET, ENSAPLV, 2020-2021

- DPEA Rebuilding the World, ENSAPBX, 2019-2020

- Enseignant invité FAU UCV / USB (Venezuela), entre 2016 et 2018

- Architecte, Université Simon Bolivar, 2014

Résumé

Cette recherche portera sur des démarches d’économie circulaire, en termes de réemploi de matériaux et de structures bâties, dans la conception d’espaces publics au sein des quartiers d’habitat autoconstruit en Amérique latine, plus particulièrement au Vénézuela. Elle s’intéressera à des projets ayant un caractère expérimental qui se développent depuis une dizaine d’années dans ces territoires avec le soutien d’investisseurs nationaux et internationaux, ainsi que l’implication d’architectes étrangers. Il s’agira d’évaluer en quoi ces projets constituent des situations d’apprentissage pour les architectes et les habitants.

L’émergence de ces projets urbains sera étudiée pour comprendre comment les architectes travaillent au côté d’habitants familiarisés à la réutilisation des matériaux. Ces démarches sont de plus en plus appréhendées comme de « modèles urbains alternatifs », par rapport aux modes de productions de la ville formelle, riches d’enseignements. En reposant sur des techniques de réemploi et sur une ingéniosité à faire avec l’existant, ces expériences sont de plus en plus considérées comme un soutien pour aider à penser la "ville durable". La thèse s’intéressera aux types de savoirs et de savoir-faire en matière d’économie circulaire de l’architecture qui émergent de ces processus, ainsi qu’au rôle qu’y tiennent les architectes qui accompagnent ces expériences. Elle étudiera aussi comment ces apports se diffusent tant au Sud, qu’entre les Sud et le Nord.

La recherche se focalisera sur deux démarches innovantes en matière d’organisation de dispositifs de participation, de conception et construction d’espaces publics au sein de ces quartiers à Caracas, entre 2014 et 2020. Elle donnera lieu à des relevés et à des observations in situ, à des entretiens semi-dirigés auprès des acteurs impliqués dans ces expériences (habitants, professionnels). Ces processus de projet semblent être marqués par le passage d’une « économie circulaire de la survie » à une « économie circulaire plus consciente » au regard des enjeux du développement durable.

Une attention particulière sera portée à leur caractère d’expérience ou d’expérimentation en étudiant la manière dont des enseignements tendent à être tirés de ces projets, sur leur valeur d’apprentissage. La thèse analysera la manière dont les savoirs de l’architecture peuvent s’en trouver enrichis.

Mots clefs : Architecture, projet urbain, économie circulaire, réemploi, autoconstruction, coproduction, participation, dynamiques d’acteur, renouvellement et circulation des savoirs.