Accueil > Recherche > Vie du labo > 21/04/2022 - 2e Séminaire transversal LET-LAVUE (ENSAPLV) / Habiter (...)

21/04/2022 - 2e Séminaire transversal LET-LAVUE (ENSAPLV) / Habiter (Université Libre de Bruxelles) - Filières de construction et éco-matériaux : Pratiques, enseignement et recherche en Belgique, France et Congo

Le 21 avril 2022 a eu lieu le deuxième séminaire transversal LET-LAVUE (ENSA Paris La Villette) / HABITER (Université Libre de Bruxelles) "Filières de construction et éco matériaux : Pratiques, enseignement et recherche en Belgique, France et Congo".

Ce séminaire a été co-organisé par Gaëlle Faguet et Dalia Perziani.

La carte est un outil qui permet la représentation graphique des multiples enjeux que l’homme entretient avec le territoire : elle lui permet de se situer, de s’orienter, de tracer un itinéraire, d’établir des frontières, de décrire de villes, des territoires, des civilisations. La représentation des lieux évolue, et semble devenir de plus en plus réaliste grâce aux systèmes satellitaires et aux images tridimensionnelles, mais il ne faut pas perdre de vue que la carte n’est pas un instrument anodin, ni objectif ou neutre. Représenter, sur une carte, c’est aussi se positionner, adopter un point de vue, faire des choix de contenu, de style, de code… La cartographie a toujours été un outil de géographes et d’explorateurs, mais dans le domaine de l’urbanisme, on découvre sa quatrième dimension : la temporalité. Elle est ainsi devenue un outil qui permet de se situer dans le temps, de prévoir et de concevoir l’avenir, de décrire pour agir et de planifier l’espace. En se proposant d’observer la cartographie dans l’environnement de la recherche en architecture et en urbanisme, ce séminaire mettra en lumière ces deux aspects de la cartographie qui semblent ainsi converger : la carte est ainsi un outil qui permet à la fois de spatialiser des données mais aussi de démontrer des hypothèses, de synthétiser spatialement des propos. Ancré.e.s dans des territoires où la production de données est obsolète ou limitée, les intervenant.e.s se préoccuperont d’analyser la cartographie comme un outil de connaissance, tout en mettant en évidence les pouvoirs asymétriques qui sous-tendent la production de cette connaissance et les approches interprétatives dont la carte se fait porte-parole.

Les interventions suivantes auront lieu :

  • Judith Le Maire (ULB), Dalia Perziani (ULB) et Trésor Lumfuankenda Bungiena, Ce qu’on connait, ce qui est disponible et ce qui est produit : sources et outils dans la recherche en architecture en RDC
  • Quentin Nicolai (ULB), Cartographie, dépaysement, angoisses épistémologiques : outils et méthodes de l’architecture en question au sud du Bénin
  • Victor Brunfaut (ULB) et Géry Leloutre (ULB), L’impérieuse nécessité de décrire le territoire : une cartographie de l’urbanisation kinoise
  • Marcos Colina (ENSAPLV), Le réemploi et le territoire. Une lecture des circuits d’économie matérielle dans les quartiers d’habitat auto-construit de Caracas